facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Burkina Faso : Des députés se lancent dans la lutte contre la désertification (...)

Burkina Faso : Des députés se lancent dans la lutte contre la désertification à travers le reboisement à Komki Ipala

jeudi 26 août 2021, par Jacques

Le Réseau parlementaire pour la croissance verte et les services écosystémiques (RP-CVES) a procédé ce jeudi 26 août 2021, à la mise en terre de plus de 300 plants dans le village de Lao situé dans la commune de Komki Ipala. Un acte qui marque le lancement officiel des activités du réseau qui entend contribuer à la sauvegarde de l’environnement grâce à la mise en œuvre de son programme d’activités.

La cérémonie officielle du lancement des activités du réseau parlementaire (RP-CVES) par la plantation d’arbres dans le bosquet Salifou Diallo, s’est tenue ce jeudi 26 août 2021 au sein du village de Lao, dans la commune de Komki-Ipala.
Patronnée par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, représenté par la vice-présidente Marie Chantal Boni, cette activité est l’élément précurseur de bien d’autres initiatives qui permettront au RP-CVES d’apporter sa pierre à la préservation de l’environnement au Burkina Faso.

« Nous avons choisi “Le Bosquet Salifou Diallo” pour lieu de démarrage de nos activités d’abord pour honorer la mémoire du Dr. Salifou Diallo mais aussi pour la singularité de notre réseau qui œuvre au bien-être des populations à travers des actions contribuant à sauvegarder l’environnement », a souligné le coordonnateur du RP-CVES, Yemboado Georges Namoano.

Il a précisé qu’en cette période du mois de l’arbre initié au Burkina Faso, il ne serait pas intéressant que le lancement de leur réseau se fasse dans des bureaux feutrés, toute chose qui justifie leur sortie sur le terrain en ce jour pour faire face aux défis qui s’imposent à leur lutte.

La vice-présidente, Marie Chantal Boni, a quant à elle déploré les actes égoïstes des hommes qui concourent à la détérioration des ressources naturelles sans penser à la génération future. Elle a félicité et encouragé les membres du RP-CVES et a signifié qu’il était tout à fait normal que le président de l’Assemblée nationale accompagne une telle initiative dans un contexte marqué par des catastrophes naturelles sur le plan mondial.
Le coordonnateur du RP-CVES qui a planté un “Baobab” a expliqué que cela représentait pour lui « la pérennité de la vie naturelle symbolisant la durabilité et la puissance ».

Présentation du réseau parlementaire…

Créé le 6 avril, le réseau parlementaire pour la croissance verte et les services écosystémiques a obtenu son autorisation le 21 avril 2021. Il comprend 20 députés membres dont un bureau de dix membres et deux commissaires aux comptes et est assisté par trois agents du personnel parlementaire.

Le RP-CVES a pour but de contribuer à la promotion de la croissance verte inclusive au Burkina Faso pour une résilience climatique et la préservation de nos ressources naturelles. Il poursuit les objectifs suivants :
-  Appuyer les pouvoirs publics, les collectivités locales et autres acteurs dans (i) la promotion de l’efficacité énergétique, des technologies propres et du développement durable, la préservation de la biodiversité et la protection et la valorisation des biens et services écosystémiques ;

-  Promouvoir la coordination et l’alignement des actions parlementaires sur l’environnement avec les cadres internationaux existants afin de créer des synergies entre les objectifs mondiaux et nationaux ;
-  Renforcer la compréhension et soutenir la mise en œuvre des ODD à l’horizon 2030 ;

-  Offrir des conseils précieux aux parlementaires pour soutenir une prise de décision qui considère les facteurs sociaux, économiques et environnementaux dans le but d’améliorer la durabilité, la résilience et l’équité de nos sociétés ;
-  Favoriser des échanges de connaissances entre parlementaires, praticiens, experts, la société civile et autres intervenants sur les pratiques efficaces en matière d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques.
Les ressources du réseau proviennent des cotisations des membres, des droits d’adhésion et des subventions, dons et legs.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Répondre à cet article