facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Députémètre > Burkina/Littérature : Jean Hubert Bazié dédicace son oeuvre "Le breviaire du (...)

Burkina/Littérature : Jean Hubert Bazié dédicace son oeuvre "Le breviaire du patriote"

lundi 22 août 2022, par Cyriaque

Le député à l’Assemblée législative de transition Jean Hubert Bazié a dédicacé, ce samedi 20 août 2022, son oeuvre intitulée "le breviaire du patriote". La cérémonie s’est tenue dans la salle de conférence du centre de presse Norbert Zongo. Il s’agit d’un concentré des valeurs qu’incarnent les Burkinabè, éléments essentiels à prendre en compte dans cette âpre lutte contre l’hydre terroriste.

"Célébrer les valeurs de courage, d’abnégation et de don de soi" telle est la méthode employée pour la rédaction de son nouvel opus intitulé"le breviaire du patriote."

Dans un contexte socio-politique et sécuritaire des plus difficiles, Jean Hubert Bazié estime que la célébration des valeurs qui nous sont propres et qui constituent l’apanage de notre société, devraient être mise en exergue afin de rappeler aux citoyens, l’impérieuse nécessité de rester debout, nonobstant les défis immenses que nous impose cette lutte contre l’hydre terroriste.

Mais pour cerner l’élan de production de cette oeuvre, il faut remonter aux premiers jours du quinquennat de Roch Kaboré, où les premières attaques venaient de s’illustrer avec un bon lot de victimes au passage. La panique commençait à s’installer. Le traumatisme gagnait le coeur des rescapés des attaques. Les populations de façon générale, même loin des bruits sinistres des armes vivaient dans une profonde psychose. Au vu du climat délétère qui se faisant sentir, Jean Hubert Bazié réalise que l’une des armes pour venir à bout de ce fléau est la bonne communication. Très vite, il entre en contact avec le président du parti au pouvoir, à l’époque Simon Compaoré, pour lui proposer une stratégie de communication afin d’adoucir les affres déjà perceptibles, et lutter efficacement contre le terrorisme. "Il m’a vite compris" nous le fait-il savoir.

C’est ainsi qu’avec la bénédiction du ministre de la communication Ousseni Tambo, une rubrique intitulée "le temps de la patrie" sera inclue dans le quotidien "Sidwaya." Une évaluation de la mise en oeuvre de cette entreprise devrait être faite, mais son élan se verra freiné par le coup d’Etat du 24 janvier 2022. "C’est la somme de ces articles qui constitue le breviaire du patriote" a t’il conclu.

JPEG - 29.4 ko
Dominique Zouré, représentant du président de l’ALT à la cérémonie de dédicace

Derrière cette oeuvre se cache une philosophie qu’il illustre de la manière suivante. "Notre société est comme un corps qui a plusieurs membres qui représentent les ethnies, les religions, les cultures,etc. Ce corps doit être sain et habité par un esprit sain. Et si des maladies telles que le terrorisme, le banditisme, l’etnicisme, etc s’attaquent au corps, il faut bien diagnostiquer le mal afin de pouvoir le vaincre."

Pour Dramane Konaté, critique de l’œuvre, il s’agit d’un "essai qui s’inscrit dans l’engagement résolu de l’auteur à promouvoir des valeurs qui fondent la mère patrie." Ce, en se fondant sur un style d’écriture qu’il dénomme "le lyricisme patriotique." En bref, l’auteur fait une exaltation du passé des Burkinabè, afin qu’ils s’y retrouvent toujours.
Pour lui, certains passages importants de l’œuvre devraient être retranscrits dans les langues nationales afin que ceux qui ne peuvent lire en français puissent comprendre le précieux message qui y est véhiculé.

Pour Dominique Zouré, premier vice président de l’Assemblée législative de transition, à la lecture de l’œuvre, un passage lui est resté à l’esprit : " les terroristes doivent savoir que désormais, chaque village est une armée qui les attend." Pour lui, cette citation résume amplement la situation que vivent les Burkinabè et représente la solution même au phénomène qui nous accable.

Pour finir, Jean Hubert Bazié a invité tous les acteurs de la société à œuvrer pour la cohésion sociale car dit il " la patrie ce n’est rien pour chacun, mais c’est tout pour nous tous."

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Répondre à cet article