facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Energie : Le parlement autorise la ratification de deux projets de (...)

Energie : Le parlement autorise la ratification de deux projets de loi

jeudi 26 juillet 2018, par Pascal YE

Réunis en séance plénière le 24 juillet 2018, les députés de la 7e législature ont adopté, à l’unanimité, deux projets de lois. Le premier projet est relatif à l’autorisation de ratification de l’accord de financement de la deuxième opération de la série d’appuis aux reformes sur l’énergie et la gestion budgétaire entre le Burkina Faso et la Banque mondiale, pour un montant de 42 milliards de francs CFA. Le second projet de loi, quant à lui, est une autorisation de ratification d’un accord de prêt conclu entre le Burkina Faso et la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) pour le financement partiel du projet de renforcement du réseau national interconnecté.

Deux projets de loi portant autorisation de ratification d’accord de financement ont été examinés et adoptés par les élus nationaux, ce 24 juillet 2018. « Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement relatif au crédit N IDA 61660-BF et au don N D2580-BF conclu entre le Burkina Faso et la Banque mondiale pour le financement de la deuxième opération de la série d’appuis aux reformes sur l’énergie et la gestion budgétaire », tel est l’intitulé du premier projet examiné par les parlementaires réunis.

La Commission des affaires étrangères et des Burkinabè de l’étranger en est l’affectataire du dossier au fond. Et, c’est le député Goakun Rossan Noel Toé qui a présenté le rapport de ladite commission, en qualité de rapporteur. Faut-il le préciser, le montant global du financement est d’environ 42 milliards de F CFA, avec 33% en don et 67 % en crédit remboursable.

Ce projet, qui s’inscrit dans la série d’appuis aux reformes sur l’énergie et la gestion budgétaire, permettra de renforcer la capacité du gouvernement à « adresser les déséquilibres entre l’offre et la demande d’électricité ». Il permettra aussi d’améliorer la situation financière du secteur de l’énergie, ainsi que le renforcement des politiques d’investissement dans le secteur de l’électricité. Mieux, il permettra d’accroitre la mobilisation des recettes intérieures tout comme le niveau de transparence dans la gestion des ressources publiques.

Le 2e projet de loi est relatif à l’autorisation de ratification d’un accord de financement contracté auprès de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) par le gouvernement pour le financement partiel du Projet de renforcement du Réseau national interconnecté (PR-RNI). Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative régionale pour l’énergie durable (IRED) qui se veut une déclinaison en axes stratégiques de la vision partagée des pays de l’UEMOA selon laquelle « en 2030, l’ensemble des citoyens de l’Union auront un accès à une énergie à bas prix et suffisante ».

La mise en œuvre effective de ce projet permettra d’accroitre la capacité d’évacuation du réseau national interconnecté de 6 469 mégawatts/heure à partir de 2019 avec des objectifs de création de milliers d’emplois directs et indirects et l’accès à l’électricité de 13 600 000 habitants. Si le coût du projet est estimé à 16,858 milliards de francs CFA, le prêt contracté auprès de la BOAD, lui, est de 9,5 milliards de francs CFA.
Représentant le gouvernement, le ministre de l’Énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo, a précisé que « l’échéance de ce prêt que nous avons pu négocier est de 27 ans avec un taux d’intérêt de 2,45 % ».

Edouard Samboé (stagiaire)
Lefaso.net

Répondre à cet article