facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Journées parlementaires MPP : Les députés du parti majoritaire se penchent sur (...)

Journées parlementaires MPP : Les députés du parti majoritaire se penchent sur la mise en œuvre du PNDES

vendredi 3 mars 2017, par Pascal YE

Les députés du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) tiennent leurs premières journées parlementaires de l’année, du 02 au 04 mars 2017, à Kaya (chef-lieu de la région du Centre-Nord). Trois jours durant, les députés du parti au pouvoir vont réfléchir sur : « la mise en œuvre du PNDES : défis et perspectives ». La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu, le 02 mars, à l’hôtel Pacific de ladite ville, sous forte mobilisation des militants et sympathisants du parti. Les différents groupes parlementaires invités n’ont pas manqué de saluer la pertinence et l’actualité du thème, tout en suggérant des pistes de réflexions.

Référentiel de développement économique et social du Burkina sur la période 2016-2020, le Plan national de développement économique et social (PNDES) entre véritablement dans sa phase opérationnelle cette année. Exécuté conformément aux règles de la bonne gouvernance et de l’intérêt général, le PNDES est un cadre pertinent de lutte contre les problèmes récurrents de santé, d’emploi, d’eau, d’infrastructures, d’éducation, d’alimentation, de formation… auxquels font face les Burkinabè au quotidien.

C’est donc pour accompagner cette opérationnalisation que les députés du groupe parlementaire MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) se penchent sur le thème : « la mise en œuvre du PNDES : défis et perspectives », du 02 au 04 mars 2017, à Kaya, la capitale du cuir et des brochettes au « koura-koura ».
« Au cours de ces journées, il nous revient, honorables députés, de nous pencher sans tabou aucun sur la question du PNDES et dégager les voies les meilleures pour sa bonne exécution. Répondre à cet impératif est gage de notre soutien au président du Faso et au gouvernement pour les efforts inlassables qu’ils déploient au quotidien afin d’apporter des réponses aux sollicitations multiples du peuple burkinabè », a rappelé Alassane Bala Sakandé, le président du groupe parlementaire MPP.

Le Burkina est confronté à un défi sécuritaire depuis quelques temps. Et, il est difficile d’envisager un quelconque développement sans endiguer les agissements de ces terroristes. C’est pourquoi, Alassane Bala Sakandé appelle l’ensemble des filles et fils de notre pays à conjuguer leurs forces, dans un élan de solidarité, pour écraser « cette infâme vermine, tous ces pêcheurs en eaux troubles et leurs acolytes et faire du Burkina Faso un pays où il fait bon vivre, un havre de paix ».

Cette cérémonie d’ouverture des travaux a connu une forte mobilisation des militants du parti. Les quatre autres groupes parlementaires ont aussi répondu à l’invitation de leurs collègues du MPP. Mieux, tous ont salué la pertinence et l’actualité du thème de réflexion de ces trois jours. Même si certains, comme Oudagou Goulla, le représentant du groupe parlementaire Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN), estiment que « ce n’est pas très tôt ». Car, poursuit-il, « le PNDES est le moteur de votre gouvernance, et il est impératif que tous les maillons de votre pouvoir puissent travailler à la cohérence et à l’efficacité de ce plan ». Aussi, tout en rappelant que la majorité de l’opposition n’est plus celle qui s’oppose systématiquement, il a appelé le parti au pouvoir, en l’occurrence le gouvernement à se montrer plus audacieux, plus rigoureux, mais surtout à être plus perméable aux critiques pour améliorer ses politiques publiques.

Abondant dans le même sens, le représentant du groupe parlementaire UPC, Joël Aoué, a appelé le MPP à puiser dans les recommandations formulées par son parti lors de ses journées parlementaires tenues en octobre 2016. Il a particulièrement insisté sur la nécessité pour le parti au pouvoir de négocier étroitement et humblement une trêve sociale avec les syndicats et les partenaires sociaux. Car, précise-t-il, « notre pays traverse une situation dans laquelle, aucune des parties, pouvoir comme opposition, ne sortira vainqueur si elle ne reste liée étroitement à l’esprit de l’insurrection populaire ».

Le président du groupe parlementaire Burkindlim, Issa Barry, a d’abord reconnu la pertinence et la crédibilité du PNDES au regard de ses objectifs stratégiques et de ses ambitions pour notre pays. « Toutefois, son opérationnalisation reste un défi majeur à relever pour tout Burkinabè. La pertinence doit être de mise dans le choix des hommes et des femmes qui seront responsabilisés pour piloter les différents projets et programmes du PNDES en mettant les Hommes qu’il faut à la place qu’il faut, en alliant bien sûr compétence et confiance », a-t-il assuré.

Fidèle à sa ligne politique, depuis quelques temps, le représentant du CDP, lui, s’est focalisé sur la nécessité d’une réconciliation nationale fondée sur une justice équitable. Les défis du PNDES « nécessitent la mobilisation de toutes les filles et tous les fils du Burkina réconciliés avec eux-mêmes sur fond de vérité et de justice », a rappelé Blaise Sawadogo, le vice-président du groupe parlementaire CDP. Avant de souhaiter que ces réflexions de trois jours, « sortent des contributions stratégiques à même d’aider l’exécutif et les autres acteurs à relever les grands défis de développement économique et social qui se présente à notre pays ».

Moussa Diallo
Lefaso.net

Répondre à cet article