facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Assemblée nationale : Zoom sur les organes dirigeants de la 7e (...)

Assemblée nationale : Zoom sur les organes dirigeants de la 7e législature

mardi 11 octobre 2016, par Pascal YE

La 7e législature du parlement burkinabè, c’est 127 députés, cinq groupes parlementaires, six commissions générales, huit secrétaires parlementaires, deux questeurs, six juges parlementaires et leurs suppléants. Installés le 30 décembre 2015, les élus nationaux ont voté, à leur tour, Salifou Diallo, le président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) comme président du parlement pour la durée de la présente mandature. Pour l’élection des vice-présidents, c’est le consensus qui a prévalu. Ainsi, quatre des cinq groupes parlementaires sont représentés dans cette instance. Dans le choix des secrétaires parlementaires, ainsi que des juges parlementaires, des présidents, vice-présidents et rapporteurs de commissions générales, le « partage » a été fait dans le consensus.

Pour une des rares fois, le poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale burkinabè échappe au parti au pouvoir. Après le président du parlement, il faut aller au niveau des 4e et 5e vice-présidents pour retrouver des députés membres du Mouvement du peuple pour le progrès. Bénéwendé Stanislas SANKARA du groupe parlementaire Burkindlim (mouvance présidentielle) hérite du poste de 1er vice-président, celui de 2e vice-président échoit à Lona Charles OUATTARA de l’Union du progrès pour le changement (opposition).

Juliette BONKOUNGOU/ YAMEOGO du Congrès pour la démocratie et le progrès (opposition) est 3e vice-présidente. Ousséni TAMBOURA et Salamata KONATE complètent la liste.

Le poste stratégique de premier questeur revient à André ZOMBRE du MPP, celui de 2e questeur est occupé par Désiré TRAORE du groupe parlementaire Burkindlim, précisément de L’UNIR/PS.

Les commissions générales sont passées de cinq à six. Et là, le MPP préside trois d’entre elles, les autres sont dirigées par les groupes parlementaires Burkindlim, UPC et CDP. Quant aux secrétaires parlementaires, le parti au pouvoir s’en tire avec quatre postes. Les quatre autres groupes parlementaires se contentant chacun d’un poste de secrétaire parlementaire. Idem pour les juges parlementaires où le parti au pouvoir s’octroie la moitié des postes (3) et laisse l’autre moitié à ses adversaires et partenaires.

Ainsi, la tension était considérablement retombée avant le début des travaux pour ne reprendre qu’après la désignation des représentants dans les parlements communautaires. Pourtant, là aussi, le consensus a prévalu, soutient-on du côté de la majorité parlementaire. Mais l’UPC et le groupe « Paix, justice et réconciliation nationale » disent avoir été « lésés » dans la répartition des postes.

Quant aux cinq groupes parlementaires, ils sont présidés respectivement par SAKANDE Alassane Bala pour le MPP, IDO Alitou pour l’UPC, BARRY Issa pour Burkindlim, SANOU Alfred pour le CDP et OUEDRAOGO Marie Rose Romée pour le groupe Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN).
Liste des commissions générales et leurs présidents

Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH) : Ouédraogo Jacob (MPP)

Commission des finances et du budget (COMFIB) : Kaboré Tibila (MPP)

Commission du développement économique, de l’environnement et des changements climatiques (CODECC) : Sanou Amadou (UPC)

Commission de l’éducation, de la santé, de la jeunesse, de l’emploi, des affaires sociales et culturelles (CESJEASC) : Sawadogo Daniel Rasmané (CDP)

Commission de la défense et de la sécurité (CODES) : Sanfo Halidou (Burkindlim)
Commission des affaires étrangères et des Burkinabè de l’étranger (CAEBE) : Ouoba Bindi (MPP)

A l’exception du président du parlement, tous les autres postes sont renouvelables chaque année. Et, c’est le 20 décembre 2016 que devrait intervenir le prochain renouvellement. Soit deux jours avant la clôture de la seconde session parlementaire de l’année.

Pour plus de précisions, voir : http://assembleenationale.bf/Bureau-A-N ; http://lefaso.net/spip.php?article69081

Répondre à cet article