facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Réinsertion socio-économique des personnes en situation de mendicité : « Même (...)

Réinsertion socio-économique des personnes en situation de mendicité : « Même si nous n’arrivons pas à 100%, l’effort est conséquent de passer de 76 à 90% » Nandy Somé

vendredi 20 janvier 2023, par Jacques

Le 10 janvier 2023, le député Marie Angèle Tiendrébéogo adressait une correspondance au gouvernement pour connaître sa perception du phénomène de la mendicité ainsi que les mesures institutionnelles qu’il compte mettre en œuvre pour son éradication. Ces deux préoccupations ont fait l’objet d’échanges à l’Assemblée législative de transition dans la matinée de ce vendredi 20 janvier 2023, avec des éléments de réponse apportés par la ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, Nandy Somé/Diallo, représentée par le ministre en charge de la jeunesse, Boubacar Savadogo.

La mendicité, un phénomène dont les limites ne cessent de s’étendre largement, malgré les gros efforts déployés par les gouvernements et les institutions internationales pour l’éradiquer. Au Burkina Faso, le phénomène avait déjà atteint des proportions alarmantes quand, avec l’avènement de la crise sécuritaire vieille d’un peu plus de sept ans, il s’est grossièrement accru, notamment dans la capitale.
Selon la ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, « la direction provinciale en charge du genre et de la famille du Kadiogo a dénombré 843 personnes déplacées internes (PDI) en situation de mendicité dont 316 femmes, 507 enfants et 20 hommes ».

JPEG - 60.4 ko
Le président de l’ALT Dr Ousmane Bougouma, président de la séance parlementaire du 20 janvier 2023

Ces chiffres concernent uniquement les arrondissements de la ville de Ouagadougou, ce qui suppose sans doute que le phénomène est encore plus inquiétant, si l’on doit tenir compte des autres localités abritant les PDI.

De 2018 à 2021, le département de l’action humanitaire a mis en œuvre une opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue. « Cette initiative a permis de retirer 2 956 enfants et jeunes dont 426 sont bénéficiaires d’une prise en charge dans des centres spécialisés à Banfora, Kaya, Orodara et Fada N’Gourma. Des efforts ont déjà été faits. Cependant, avec l’accroissement de la crise sécuritaire et l’insuffisance des ressources pour le département malgré les efforts du gouvernement, on constate que le phénomène à tendance à s’accroître » a reconnu Nandy Somé.

JPEG - 91.7 ko
Les députés de l’ALT présents à cette séance plénière du 20 janvier 2023 étaient au nombre de 66

Au vu de cette situation qui est loin d’honorer le pays, le gouvernement envisage redynamiser l’opération de retrait et de réinsertion socio-économique des femmes, enfants et jeunes déplacées internes et autres personnes vulnérables en situation de mendicité. « Cette opération s’inscrit dans le cadre du PNDES 2021-2025 qui prévoit une augmentation de la proportion des enfants victimes de violence pris en charge, passant de 76% en 2020 à 90% en 2025. Même si nous n’arrivons pas à 100%, l’effort est conséquent de passer de 76 à 90% », foi de la ministre.

JPEG - 66.2 ko
Le député Marie Angèle Tiendrébéogo

Selon elle, des rencontres de concertation réunissant les différents départements ministériels, les leaders communautaires, les délégations spéciales de la ville de Ouagadougou et des communes rurales de la province du Kadiogo, ont eu lieu les 22 décembre 2022 et le 17 janvier 2023 pour finaliser les documents allant dans ce sens. « Le 24 janvier, les concertations se poursuivront avec les populations hôtes et les responsables des déplacés internes et le 27 janvier, avec les partenaires techniques et financiers », a-t-elle indiqué.

Notons que le ministère de la Solidarité travaille de concert avec le ministère de la jeunesse et ce dernier se dit très investi dans cette question. « Nous avons demandé à tous nos partenaires qui ont des programmes de faire une ouverture de 30% au minimum pour les consacrer aux PDI, même si ces programmes datent d’il y a plusieurs années », dira pour conclure, le ministre de la jeunesse et de l’emploi, Boubacar Savadogo qui, il faut le rappeler, représentait la ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, Nandy Somé/Diallo.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Répondre à cet article