facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Région du Sahel : La NAFA se réclame meilleur parti politique pour le (...)

Région du Sahel : La NAFA se réclame meilleur parti politique pour le bien-être des populations

dimanche 1er novembre 2020, par Jacques

La Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) a fait son premier meeting de la campagne électorale pour les élections couplées du 22 nombre le 31 octobre à Dori. Une occasion que Mamoudou Dicko saisit pour donner des consignes de vote en ce qui concerne l’élection présidentielle.

C’est la salle polyvalente de Dori qui a servi de cadre pour lancer la campagne électorale. Mamoudou Dicko candidat aux législatives du 22 novembre a invité ses militants à voter Zéphirin Diabré pour la présidentielle et voter la NAFA dans le Séno. Il appelle les militants de la Comoé à voter pour Kadré Désiré Ouédraogo pour la présidentielle car un accord local est signé entre les trois partis.

Selon lui, son parti était exclu à l’élection de 2015. Alors il notifie que le Burkina va mal. Il laisse entendre qu’après 5 ans, le compteur du développement du Burkina Faso est au rouge et le MPP fait des sorties hasardeuses pour mentir au peuple. Que ce soit le programme d’urgence du sahel, l’emploi pour les jeunes, du haut de la tribune, Mamoudou Dicko confie à ses militants et sympathisants que le Sahel est oublié.

JPEG - 48.3 ko
MAMOUDOU DICKO tete de liste aux legislatives seno00

Alors, selon lui, la NAFA est le meilleur parti politique car son logo l’indique bien. Mamoudou Dicko explique que leur programme de société est l’accès à l’eau potable pour toute la population, la sécurité, la sécurité alimentaire, la justice pour tous et les ressources minérales. En plus, les priorités de la NAFA sont l’accès à la santé, l’éducation ; l’accès à l’énergie. Mamoudou Dicko a invité ses militants à aller voter le 22 novembre afin d’assurer trois postes à l’Assemblée nationale pour le parti NAFA dans la région et pour leur candidat Zéphirin Diabré, qu’ils vont ensemble conduire à Kosyam au soir des élections.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Répondre à cet article