facebook twitter youtube
Recherche sur le site
Accueil > Actualité > Assemblée parlementaire francophone : La sécurité au menu de la 11e (...)

Assemblée parlementaire francophone : La sécurité au menu de la 11e conférence

samedi 27 avril 2019, par Jacques

La 11e conférence des présidents de l’Assemblée parlementaire francophone (AFP) a ouvert ses portes à Ouagadougou, ce 26 avril 2019. Dix-sept pays francophones sont représentés à cette rencontre, sur 22 membres. Les participants se pencheront sur la sécurité, l’état civil et l’intégration. Cette conférence connaît la participation d’Alassane Bala Sakandé, président du parlement burkinabè, président de l’Union parlementaire africaine (UPA), et de Jean Max Rakotomanjy, vice-président de l’APF, président du parlement malgache.

Dans son allocution d’ouverture, Alassane Bala Sakandé a déclaré que l’APF est dans une dynamique d’édification d’un espace francophone porteur de développement. Il a continué en déclarant que l’APF est attachée aux idéaux de la Francophonie qui n’est pas une extension de l’Académie française, encore moins un « machin » post-colonial, mais « un outil de promotion de la diversité culturelle et de la démocratie, un atout économique et une perspective politique qui montre et démontre qu’un autre monde est possible ».

Abordant la question sécuritaire, Alassane Bala Sakandé déclarera que « depuis quelques temps, certains de nos États sont confrontés au terrorisme, au crime organisé transfrontalier et au trafic d’êtres humains sans précédent dans leur histoire ». Des fléaux qu’il a invité les membres de l’APF à combattre.

Parlant de la problématique de l’état civil, le président de l’Assemblée nationale burkinabè dira ceci : « Non-déclarés à leur naissance, donc ignorés des registres de l’état civil, des millions de jeunes africains, appelés ‘‘enfants fantômes’’ ou ‘‘enfants invisibles’’, sont tout simplement condamnés à l’apatridie et à l’exclusion sociale ». Il ajoutera que selon l’UNICEF, en 2016, près de 50% des individus non-enregistrés se trouvent en Afrique. Alassane Bala Sakandé appelle donc à davantage de politiques volontaristes et hardies pour sauver les générations futures de cette laideur sociale que constitue l’inégalité d’accès à l’état civil.

Une position saluée par Jean Max Rakotomanjy, vice-président de l’Assemblée parlementaire francophone (APF), président du parlement malgache, pour qui « l’intégration pourra construire l’Afrique demain ».

L’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) est l’assemblée consultative de l’Organisation internationale de la francophonie. Elle est constituée de sections membres représentant 78 parlements ou organisations interparlementaires. L’APF participe à la mise en place et au renforcement des institutions démocratiques par l’adoption de textes transmis aux instances de la Francophonie, par l’organisation de missions de bons offices et de missions d’observation électorale. L’APF conduit des actions de coopération interparlementaire, principalement en direction des parlements du Sud.

E.K.S.
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Répondre à cet article